Le complotisme post-11 septembre : symptôme d’une société en mal de confiance ?

3 réponses

  1. Yannick dit :

    Il y a des théories délirantes sur le 11 septembre, et il y a aussi de vraies zones d’ombre :
    http://www.dailymotion.com/video/xkz23g

    • Bonjour,
      merci pour votre commentaire, mais ce n’est pas le propos de cet article de faire du fact-checking sur le 11 septembre, ni de l’ensemble du blog d’ailleurs. En voici les raisons :
      1- Je ne suis pas journaliste d’investigation (ni journaliste tout court d’ailleurs). Je travaille principalement à partir des recherches effectuées par des journalistes ou de spécialistes des légendes urbaines, rumeurs, théories du complot, …etc de niveau universitaire. J’essaye, dans la mesure du possible, de vulgariser leur travail et je m’appuie sur leurs recherches pour aborder des thèmes « nouveaux » ou peu traités (comme les chaînes de prières traitées le mois dernier par exemple). Mon métier dans la vie, c’est bibliothécaire : faire des recherches, synthétiser l’information, la rendre visible et accessible, ça je sais faire. Le fact-checking, je le laisse aux professionnels et lorsque j’en fais, je m’appuie sur le travail de ces professionnels ou je choisis des sujets qui sont dans mes cordes. Je n’ai pas de formation scientifique (seulement un master en lettres), ce qui limite la chose.
      2- Il y a déjà beaucoup d’excellents sites de fact-checking, créés par des journalistes (et il en naît d’ailleurs tous les jours). Je ne peux pas rivaliser avec eux niveau exhaustivité, et ce serait, de toute façon redondant et inutile de m’insérer parmi eux compte tenu de mes moyens (je tiens ce site à côté de mon travail, de façon bénévole, en étant ponctuellement assisté par des amis pour écrire quelques sujets, faire de la relecture ou de la traduction ; je n’ai pas la force de frappe d’un journal). En revanche, donner la parole à des chercheurs plus ou moins connus, m’intéresser aux liens entre les phénomènes de rumeurs ou de complot et l’Histoire récente, le folklore et la littérature, ça, c’est un travail qui est moins effectué, ou du moins, moins visible sur Internet. (Et, je vais vous dire, ça m’intéresse beaucoup + que le fact-checking).
      3- Je pense que le fact-checking, c’est bien, mais que donner aux gens les moyens de comprendre les rumeurs, légendes et théories du complot, comprendre d’où elles viennent, ce qu’elles disent de notre société, comment elles circulent et pourquoi, c’est agir à un niveau plus profond contre le problème de la désinformation. je pense que ça rejoint + ou – l’idée du dernier paragraphe de cet article.
      J’ai essayé de répondre rapidement, j’espère avoir été clair. Sinon, n’hésitez pas à me répondre !
      Bonne soirée !
      EM

  1. 9 mars 2018

    […] théories complotistes traduisent souvent une appréhension face à un monde devenu complexe. Le phénomène de réchauffement climatique n’y échappe pas. Selon une confusion fréquente […]

Laisser un commentaire