Catégories
Complotisme

QAnon #2 : De la rumeur Wayfair aux Mole Children

De la rumeur Wayfair aux mole children, prétendument séquestrés dans des tunnels par la cabale, la thématique du complot des élites pédophiles est centrale dans la mouvance QAnon. Décryptage avec Véronique Campion-Vincent, auteure d’ouvrages sur les légendes urbaines et théories du complot, qui signe ici cet épisode de notre série sur QAnon et dont la contribution se prolonge dans l’épisode 3.

 

QAnon agrège d’autres théories du complot déjà existantes. Cette nébuleuse s’inscrit dans un climat de défiance généralisé souligné par tous les observateurs de la croissance exponentielle des théories du complot, depuis l’indice qu’avait constitué l’apparition du terme dans une chronique linguistique du New York Times le 5 novembre 1995. Reprenant l’hypothèse d’un dictionnaire, le chroniqueur situait son apparition dans les années 1970 :

Selon le premier Barnhart publié en 1982, théorie du complot ‘a été largement utilisé depuis 1973, peut-être déclenché par les nombreuses théories autour de la crise énergétique mondiale qui commença cette année-là’.

Il signalait avec justesse que le terme était imposé de l’extérieur et méprisant :

Quand vous appelez toute expression de soupçon, surtout compliquée, une théorie du complot, vous la rejetez comme une idiotie, le produit d’un esprit trop soupçonneux, voire paranoïde.

Ceux qui étaient ainsi désignés répliquaient en soulignant l’aveuglement des sceptiques :

Et comment celui qui est sali par l’appellation de théoricien du complot […] appelle-t-il ceux qui acceptent facilement l’explication par une coïncidence ? Des dupes, du français duper ‘faire prendre à quelqu’un le faux pour le vrai’ [Larousse]  ⃰

Un facteur important de ce climat de défiance aura été l’abandon du silence complice recouvrant les violences sexuelles aux mineurs, et les interprétations données à cette reconnaissance.

Les révélations des affaires de pédophilie survenues dans des institutions dont le réflexe avait été d’ignorer les victimes et de protéger leurs membres, bien qu’ils soient des agresseurs, ont durablement scandalisé l’opinion. Citons l’Église catholique où en France, après des années de dénis ou de demi-mesures, les révélations d’abus sexuels dans des communautés religieuses souvent nouvellement créées (voir le site L’Envers du décor), puis la condamnation pénale en 2020 du prêtre abuseur d’enfants de 1971 à 1991 Bernard Preynat à Lyon, ont entraîné la création en 2018 de la Ciase, Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église, qui a marqué un tournant dans l’attitude de l’institution. On peut également évoquer l’attitude de la BBC au Royaume-Uni, où la révélation posthume des méfaits, longtemps couverts par la BBC, de l’animateur très populaire Jimmy Savile (1926-2011) dans Exposure : The other side of Jimmy Savile, documentaire diffusé sur ITV le 3 octobre 2012, causa un scandale national.

L’extrême-droite s’est saisie de ces cas. Le site Égalité & Réconciliation, créé par le populiste influent Alain Soral, a consacré près de 10% des vidéos YouTube produites en 2014 (5.200 sur 55.900) à une dénonciation de la pédophilie, que Soral considère comme caractéristique des « nouvelles élites sionistes » qu’il combat. On a ici affaire à une instrumentalisation, qui se situe dans le champ de la propagande.

L’accusation d’une complicité essentielle liant les pédophiles, ces figures du mal absolu au 21° siècle, aux élites politiques et sociales constitue une de ces interprétations, qui nourrit les théories du complot. Par une analyse de productions QAnon, je tenterai de décrire puis d’analyser l’importance de ce thème du « complot des élites pédophiles ».

Apparu en octobre 2017 dans le sillage du pizzagate, le phénomène QAnon est toujours bien vivant, en dépit du séisme de novembre 2020 qui a vu la défaite de son héros, ce qui contraint les adeptes à remettre en cause le cœur de leur croyance : la réussite prochaine de la croisade menée par Donald Trump contre l’État profond.

QAnon est un mouvement qui se construit autour d’une allégation : le Président Donald Trump est en lutte contre la cabale (the cabal) de l’État profond des pédophiles satanistes. Le principal des maux que la vigoureuse intervention de POTUS [President Of The United States] allait éliminer lors de la grande tempête (storm) suivi du grand réveil (Great Awakening) était l’exploitation sexuelle des enfants. En effet, les élites maléfiques se ressourcent et cimentent leur pouvoir au travers du partage de conduites pédophiles criminelles. Tout ceci disparaîtra bientôt, affirmait la doxa QAnon.

1. Les méfaits de l’exploitation sexuelle des enfants, thème central pour QAnon

Que ce soit dans les documents émanant du mouvement ou dans les remarques des analystes, il apparaît que la dénonciation des méfaits de l’exploitation sexuelle des enfants est au cœur du mouvement QAnon. Le premier exemple est extrait du site QAnon France :

Source : QAnon France

Dans un article d’évaluation de QAnon, paru le 20 octobre 2020, le New York Times ouvre sur un chapeau où les accusations de pédophilie tiennent un rôle central :

Expliquant cette théorie du complot qualifiée de grande tente [où se réunissent d’autres théories du complot], et qui affirme à tort que le Président Trump affronte une ténébreuse cabale de pédophiles [du parti] Démocrate.

Dans le corps de l’article, le rôle clé est toujours affirmé, mais de plus on souligne le caractère multiforme des croyances du mouvement :

QAnon est le terme général désignant un ensemble tentaculaire de théories du complot qui affirment, à tort, que le monde est gouverné par une cabale de pédophiles adorateurs de Satan qui complotent contre Trump tout en dirigeant un réseau mondial de trafic sexuel d’enfants.

Dans un article du 8 décembre (consacré à un faussaire qui a usurpé, à son grand bénéfice financier, les identités de l’entourage familial de Trump sur les réseaux sociaux) le New York Times évoque à nouveau la puissance de la mythologie QAnon :

Des millions de personnes ont été attirées dans de sombres « trous de lapin » (allusion aux aventures de l’Alice de Lewis Carroll) de l’internet tels que QAnon, une théorie du complot pro-Trump qui affirme que des Démocrates satanistes maltraitent et mangent des enfants et qui est alimentée par quelqu’un qui se prétend être un membre officiel du gouvernement.

2. Le mouvement QAnon se ressource en incorporant les thèmes #savethechildren

Au début d’août 2019, 8chan, un des principaux canaux de communication de QAnon est mis hors ligne par son hébergeur/protecteur. Ceci car c’est sur 8chan que, 19 minutes avant d’ouvrir le feu, l’auteur d’un massacre qui fera 22 morts dans un supermarché (Walmart) poste un manifeste où il justifie son attaque présentée comme une saine réaction face à l’envahissement du Texas par les hispaniques.

La crise sera de courte durée, puisqu’en novembre 8kun est lancé par les fondateurs de 8chan avec plusieurs pages dédiées à QAnon (Amarasingam & Argentino, 2020) et le développement de QAnon se poursuit. La pandémie semble l’alimenter. Ainsi les supporters de QAnon suivent Trump dans son hostilité au port du masque. Après des actions par Facebook et Twitter contre les pages QAnon, une campagne de mobilisation autour du hashtag #savethechildren conduit à des développements considérables pour le mouvement. Le chercheur Marc-André Argentino, qui prépare à l’université canadienne Concordia (Montréal) une thèse sur QAnon, « a identifié 114 groupes qui se présentent comme en lutte contre les trafics d’enfants mais sont de fait dominés par des contenus QAnon » ; il indique qu’entre juillet et la fin septembre, « ces groupes ont augmenté leurs effectifs de plus de 3.000% – oui 3.000% – avec une augmentation analogue d’activité ». Cette orientation amène des couches plus jeunes à rejoindre QAnon

Cette activité se traduit par l’apparition de vidéos dans lesquelles « des parents avertissent des dangers causés par des pédophiles qui conditionnent les enfants et font d’eux leurs proies ». (Roose, New York Times, 28 sept 2020)

Et par l’organisation dans tous les États-Unis de défilés et manifestations qui émailleront tout l’été 2020. Un article de NBC signale ainsi que plus de 200 manifestations sont prévues le samedi 22 août.

Le port du masque, auquel les supporters de Trump sont logiquement hostiles comme leur héros, est dénoncé car « laisser votre enfant porter un masque fera qu’il sera plus difficile pour lui d’appeler à l’aide, ce qu’il devra faire parce qu’il y a des méchants, maintenant, prêts à les enlever » (Jennings, Vox, 25 sept 2020)

Cet entrisme se heurte cependant à un obstacle inattendu : L’organisation Save the children (qui remonte à 1919 et a dénoncé les trafics d’enfants, le hashtag n’est pas lancé par cette organisation, cependant il profite de sa notoriété) a reçu un gros financement de l’ennemi Bill Gates et de sa Fondation jugée néfaste par QAnon. Certains essaieront donc de proposer de remplacer #savethechildren par #saveourchildren. Cette tentative semble avoir fait pschitt. Le 12/12/2020, lors de notre connexion sur Facebook, #savethechildren indique « 1,6 M personnes publient à ce sujet » tandis que #saveourchildren renvoie à une page d’information en français sur les institutions et associations luttant contre l’exploitation des enfants, de l’UNICEF à Save the Children.

Les observateurs soulignent l’importance des relais offerts par les Internet influencers. En quête de notoriété sur TikTok, ces derniers profitent des nombreuses réactions suscitées par ces énoncés. Le réseau social prisé des teenagers a, quant à lui, supprimé des hashtags comme #WWG1WGA et #pizzagate mais a cependant hébergé de très nombreux contenus de ce type. L’image d’une jeune mère jetant triomphalement le bol à déjeuner Toy Story de son petit garçon à la poubelle (dans le folklore QAnon Tom Hanks, qui était la voix de Woody, le héros du film d’animation Toy Story (1995), est totalement empêtré dans la cabale pédophile de l’État profond) a eu plusieurs centaines de like. Cette surprenante démonisation du sympathique acteur est talentueusement commentée dans un éditorial du LA Times :

QAnon, de fait est une télénovela goth qui soutient de dangereuses actions politiques à droite et dont la trame narrative est que le monde est gouverné par une sinistre association de satanistes commettant des méfaits caricaturaux et macabres qui incluent le cannibalisme et l’abus rituel d’enfants

Pour tenir le rôle du méchant dans cette fable servie en feuilleton sur l’Internet pour les cognitivement fragiles, le mieux est d’être sans reproches.

C’est ainsi que Hanks est devenu Hanksibal Lector. Il est si bon qu’il est sûrement méchant.

Voilà comment il faut comprendre QAnon : une série d’inversions du réel. L’histoire peut sembler compliquée, avec des détours qui incluent le fantôme de John F. Kennedy Jr. et la quête imaginaire par Hanks d’un asile en Grèce

Mais la logique est simple. Le bon est mal et le mal est bon. Si Hanks est aimable il doit être épouvantable. Si Donald Trump est trompeur et barbare, il doit être l’Élu.

a) La rumeur Wayfair, une première mobilisation

En juillet, la rumeur Wayfair a ouvert la voie vers la mobilisation #savethechildren. Elle a connu une grande popularité, en dépit de la minceur de ses fondements. La rumeur affirmait que des enfants étaient transportés clandestinement dans des meubles de grand prix.

Cette théorie fut généralement dénoncée. Cependant, grâce en partie aux relais apportés par des lifestyle influencers, #Wayfairgate connût une diffusion importante sur de multiples plateformes préparant la voie à la tendance #savethechildren un peu plus tard (Rolling Stone, 2 Sept 2020

Snopes, le site américain consacré à l’analyse des rumeurs et légendes urbaines, présente une analyse détaillée de la rumeur, apparue comme une simple supposition isolée. Un post publié dans la conspiracy section de Reddit s’interrogeait le 9 juillet 2020. Commençant par remarquer que Wayfair vendait certains placards (utility closets) plus de $10.000 il continuait :

Est-il possible que Wayfair soit impliqué dans le trafic d’êtres humains avec cette collection WFX ? Ou s’agit-il simplement de meubles très onéreux (Remarquez les noms des meubles) cela me rend malade si c’est vrai.

Dans un article de Newsweek du 10 juillet 2020 où PrincessPeach1987, l’auteur du post de la veille, est interviewée, on précise les noms de ces meubles de grand prix : Neriah, Yaritza, Samiyah et Alyvia. L’article précise que Wayfair, tout en affirmant que le prix très élevé de ce type de meubles était justifié, avait choisi de retirer temporairement les meubles de son catalogue, publiant un communiqué fort embrouillé :

Il n’y a, évidemment, aucune vérité dans ces assertions. Ces produits sont des placards de qualité dont les prix sont justifiés. Reconnaissant que les photos et descriptifs du fournisseur n’expliquent pas de façon adéquate la raison de ces prix élevés, nous avons temporairement retiré ces produits de notre site afin de les renommer et de fournir une description et des photographies plus approfondies décrivant avec précision les produits pour répondre aux questions entourant leur prix. 

Avec bon sens, Snopes remarquait que ce serait vraiment une bien curieuse méthode pour des trafiquants que de procéder de la sorte, en mettant en vitrine la preuve de leurs atroces méfaits. Cette rumeur absurde a cependant eu de sérieuses conséquences. Le 20 juillet, un communiqué de presse de l’association Polaris, qui maintient un central d’appel national sur les trafics d’êtres humains, faisait état d’un grand nombre d’appels liés à cette rumeur sans fondement et rappelait que ceci avait empêché le central d’appel de répondre à de véritables demandes d’aide.

b) Les Mole Children (enfants-taupes)

Même avant l’été 2020, qui a vu la mobilisation décrite plus haut, les dénonciations des méfaits des puissants visant les enfants étaient fréquentes dans le monde des QAnon. Ainsi, au printemps 2020 lors de la crise du COVID-19, l’installation de tentes ou l’arrivée d’un navire hôpital à New York étaient interprétées comme indices d’une opération de sauvetage des enfants-taupes (les mole children). Ces victimes de l’État profond lui ayant échappé et se cachant sous terre sont ainsi sauvées et prises en charge. Les tentes ou le navire-hôpital opèrent sous la couverture du motif sanitaire qui n’est qu’un leurre ; en effet le COVID-19 n’existe pas mais sert à justifier ces activités de sauvetage organisées par POTUS. Le 2 avril, Timothy Charles Holmseth, qui semble vivre largement dans l’imaginaire, et se présente comme un journaliste basé dans l’État du Minnesota poste le 1e avril 2020 sur son site une interrogation : y a-t-il en ce moment une opération de sauvetage d’enfants à New York ?

Son autoprésentation souligne son importance puisqu’il affirme avoir intégré en 2019 le groupe de lutte contre la pédophilie du Pentagone (groupe si secret qu’il semble le seul à en affirmer l’existence) : le Pentagon Pedophile Task Force (PPTF) – dont le titre paraphrase celui d’un groupe bien réel mais dirigé par le FBI, le Child Exploitation and Human Trafficking Task Forces (CEHTTFs, Forces d’intervention contre l’exploitation des enfants et le trafic d’êtres humains). Cette autoprésentation se conclut sur une revendication ambitieuse : « Timothy Holmseth est le seul reporter autorisé à transmettre des contenus originaux au PPTF. Il y a UN SEUL HOMME entre Timothy Holmseth et le Président Trump ».

Le post d’Holmseth affirme : « Une récente opération de l’armée américaine avait sauvé 35.000 enfants ‘sous-nourris, en cage et torturés’ de tunnels situés sous Central Park à New York et dans d’autres villes américaines ». C’est par l’article de fact-checking de l’agence Reuters rapportant et démentant ces assertions le 15 juin 2020 que nous connaissons le contenu du message d’Holmseth, sa vidéo ayant été supprimée. Reuters indiquait une reprise du post d’Holmseth le 9 avril par Before it’s news. Ce site rappelait qu’Holmseth avait présenté des allégations proches à l’automne 2019 :

Mercredi 16 octobre 2019 cette même Pentagon Pedophile Task Force a indiqué qu’un incroyable nombre de 2.100 enfants, détenus en cage dans des tunnels souterrains avait été libérés par des Navy Seals et des Marines U.S. Les enfants et adolescents avaient été sexuellement abusés, torturés et tués pour extraire leur adrénaline. On croyait qu’ils avaient pour la plupart été enlevés par les services de protection de l’enfance de Californie. L’opération militaire mettait en jeu 10.000 hommes.

Dans les deux cas Holmseth était la seule source, et aucune autre preuve était apparue concluait Reuters. Les journalistes soulignaient que cette absence de preuves ne faisait que renforcer les convaincus dans leurs croyances à un complot :

Reuters n’a pu trouver aucun rapports fiables soutenant l’allégation centrale du p la découverte et le sauvetage de 35.000 enfants dans des ‘tunnels secrets’ dans la plus grande ville des États-Unis. Les utilisateurs des réseaux sociaux interprètent cette absence comme le signe de la complicité des média dans la dissimulation de l’intérêt de cette histoire, un argument fréquemment utilisé dans les théories du complot. Un commentaire de l’absence d’articles affirme : ‘Ils veulent que ceci soit caché’.

Le 3 avril 2020, deux jours après le post d’Holmseth, un échange émotionnel autour des malheureux enfants-taupes – qui a suscité les moqueries des journalistes commentateurs – lui fait écho sur Twitter.

Vincent Fuska, 2 avril : Du noir vers la lumière. Les enfants refont surface
Vincent Fuska, 3 avril : S’il-vous-plait priez pour les enfants-taupes, qui reviennent à la lumière avec leurs indicibles traumatismes

 

Michelle Gilliam-Avery : [je] leur envoie une couverture d’amour, confort et lumière. Je prie pour qu’ils soient apaisés et guéris. Merci à vous tous qui avez reconnu cette énorme entreprise criminelle et choisi de concevoir et réaliser un plan de sauvetage des enfants et de notre pays. Je suis honorée et pleine d’humilité. Comment puis-je aider ?
Ruth Duforet : Je pense tout le temps à eux !
John Q Public : Ils seront tous enveloppés dans les ailes de l’amour.. En sûreté… A jamais… <3

Un mois plus tard, un groupe, les Mole Children of Maryland est créé le 1e mai 2020. Son succès est modeste puisqu’à la date de notre interrogation (16/12/2020), il ne rassemble que 53 membres.

Aussi bien cette illustration que le texte de présentation de ce petit groupe montrent qu’il adhère pleinement à la mythologie QAnon, bien que le terme n’apparaisse pas : « Nous devons voir dans les recoins des louches structures souterraines dans lesquelles les enfants-taupes sont illégalement détenus »

Les nombreuses autres occurrences de l’expression renvoient toutes à des production destinées à un public enfantin, et sont pour la plupart des dessins animés. En effet les personnages de tels enfants-taupes vivant dans des souterrains sont fréquents dans cet univers de fantaisie heureuse.

c) Mole People et Mole Children

L’idée de personnages souterrains, organisés en contre-société ou vivant isolément à l’écart de la société qui les a rejetés, se trouve fréquemment dans les productions de l’industrie contemporaine du divertissement. On se limitera à l’exemple de la reprise contemporaine des Morlocks inventés en 1895 par H.G. Wells dans La machine à remonter le temps :

Dans les Marvel Comics il existe deux sociétés très différentes de ‘peuple-taupe’ les Morlocks, société de mutants rejetés, nommés d’après la race souterraine du roman de H.G. Wells, qui vivent dans les tunnels abandonnés et les égouts de New York, et les habitants de Subterranea, espace fictif de cavernes loin sous la surface de la terre où existent plusieurs variétés de sous-humains souterrains. Les plus fréquemment dépeints dans les comics sont les moloïdes (ou peuple-taupe). Les moloïdes sont généralement des soldats au service de l’homme taupe (the Mole Man) un humain ayant découvert Subterranea dont il est devenu le chef. L’homme taupe est fréquemment l’antagoniste des Quatre fantastiques (the Fantastic Four).

Dans les années 1990, le sujet bien réel des sans-abri, nombreux à New York et vivant fréquemment dans des voies de transport souterraines et tunnels abandonnés, devient d’actualité ; ils sont désignés comme peuple-taupe (Mole People) par un article du New York Times puis par le livre de la journaliste Jennifer Toth (The Mole People: Life in the Tunnels Beneath New York City, 1993) qui connaîtra un grand succès mais sera également accusé de sensationnalisme. Les titres des ouvrages ultérieurs sur ce phénomène, de l’anthropologue néerlandais Teun Voeten (The Tunnel People, 1996 pour l’édition en néerlandais, 2010 pour l’édition en anglais) puis des photo-journalistes Margaret Morton (The Tunnel: The Underground Homeless of New York City (Architecture of Despair), 1995) et Andrea Star Reese (Urban Cave, 2015) seront plus neutres et descriptifs.

Revenons à QAnon et aux allégations sur les malheureux (et imaginaires) enfants-taupes. L’article ironique de Robyn Pennachia, publié sur Wonkette, rappelle la fréquence du recours aux souterrains dans les dénonciations de complots imaginaires. Ceux-ci figuraient déjà dans l’affaire du jardin d’enfants McMartin, un cas phare des paniques sataniques des années 1980 aux États-Unis. Il y eut de nombreuses investigations, infructueuses, pour découvrir ces fameux tunnels que l’on retrouve trente ans plus tard. Dans le cas français de La rumeur d’Orléans (Edgar Morin et al, 1969), les souterrains figuraient au premier plan de ce complexe récit d’accusations d’enlèvements de femmes, visant alors des commerçants juifs, ce qui donna un retentissement important à l’affaire :

Selon la rumeur, apparue en avril 1969, les cabines d’essayage de six magasins d’habillement de la rue de Bourgogne, dans le centre ancien d’Orléans et tous tenus par des Juifs, seraient en fait des pièges pour les jeunes femmes, qui disparaîtraient par une trappe en bois située sous la cabine, seraient droguées par injections hypodermiques et évacuées par les nombreux souterrains qui existent sous la ville pour être livrées à un réseau de prostitution : la traite des Blanches.

Dans une version encore plus délirante, les souterrains aboutiraient sur la Loire, où les clientes disparues seraient prises en charge par un sous-marin de poche pour les livrer au Moyen-Orient.

Le 31 décembre 2020, Robyn Pennachia revient sur les enfants-taupes, et souligne que cette accusation, comme la rumeur Wayfair, repose sur des bases des plus minces :

Qui d’entre nous peut oublier LES ENFANTS-TAUPES. C’était encore une de ces théories du complot, comme la rumeur Wayfair, qui reposait à peu près entièrement sur une personne se demandant ‘Et si CETTE CHOSE était vraie ?’ et tout un groupe d’autres gens répondant ‘Oui ça me semble juste !

The Mole People, film de Virgil W. Voguel, 1956

A suivre dans le prochain article

Cette description des allégations de QAnon concernant le « complot des élites pédophiles » sera suivie dans un second temps d’une analyse du pouvoir mobilisateur de ces affirmations dramatiques (NDLR : à lire maintenant à ce lien). En effet, l’exploitation sexuelle des enfants dans nos sociétés contemporaines n’a rien d’un mythe. Et l’accès incontrôlable aux images et aux communications qu’offre le développement des réseaux sociaux a aggravé les situations d’emprise visant les mineurs.

Nous verrons tout d’abord, cependant, que les affirmations des militants QAnon sont erronées et qu’elles ont été démenties. Toutefois les chiffres – des enlèvements et disparitions comme des violences sexuelles intrafamiliales longtemps niées mais autour desquelles le consensus du silence est en train de voler en éclat – demeurent imparfaits. Certes les affirmations dramatiques sont inexactes, toutefois les chiffres exacts concernant ces faits dérangeants sont objets de vives controverses.

Après une évocation des crises américaines passées : missing children, puis paniques satanistes au cours desquelles les affirmations extrêmes ont fleuri, nous aborderons la situation en France.

Celle-ci est marquée, depuis la publication en janvier 2020 de l’ouvrage de Vanessa Springora Le Consentement, suivie de celle, en janvier 2021, de La Familia grande de Camille Kouchner, par une succession de révélations dramatiques attaquant la complaisance envers les déviances sexuelles de leurs membres dont les jeunes victimes sont ignorées, des élites de notre pays.

Par ailleurs une discussion nourrie quant à l’importance des violences sexuelles intrafamiliales oppose des associations militantes (qui s’appuient sur les sondages réalisés sur commande par Ipsos) et les milieux plus officiels, pouvoirs publics et universitaires (qui se réfèrent aux enquêtes Virage initiées par un rapport d’expertise du CNRS puis poursuivies par l’INED).

Véronique Campion-Vincent

* : traduction de l’auteur comme pour tous les textes originellement en langue anglaise 

Image à la Une de Jugbo (source : FlickR)

Sources

“A New Phenomenon as QAnon Conspiracy Spreads: Nationwide #SavetheChildren Rallies.” n.d. NBC News. Accessed January 13, 2021. https://www.nbcnews.com/tech/tech-news/qanon-looms-behind-nationwide-rallies-viral-hashtags-n1237722.

Andrew Whalen On 7/10/20 at 12:37 PM EDT. 2020. “Kids Shipped in Armoires? The Person Who Started the Wayfair Conspiracy Speaks.” Newsweek. July 10, 2020. https://www.newsweek.com/wayfair-child-trafficking-conspiracy-theory-cabinets-scandal-1517013.

Arango, Tim, Nicholas Bogel-Burroughs, and Katie Benner. 2019. “Minutes Before El Paso Killing, Hate-Filled Manifesto Appears Online (Published 2019).” The New York Times, August 4, 2019, sec. U.S. https://www.nytimes.com/2019/08/03/us/patrick-crusius-el-paso-shooter-manifesto.html.

“Business & Financial News, U.S & International Breaking News | Reuters.” n.d. Accessed January 13, 2021. https://www.reuters.com/?edition-redirect=fr.

Dwilson, Stephanie Dube. 2020. “#SavetheChildren Versus #SaveOurChildren: Viral Bill Gates Posts Explained.” Heavy.Com (blog). August 10, 2020. https://heavy.com/news/2020/08/savethechildren-bill-gates-save-children/.

Facebook, Twitter, Show more sharing options, Facebook, Twitter, LinkedIn, Email, Copy Link URLCopied!, and Print. 2020. “Column: QAnon’s Monstrous Conspiracy Theories Fit the Trumpian Moment.” Los Angeles Times. September 18, 2020. https://www.latimes.com/opinion/story/2020-09-18/qanon-tom-hanks-blood-libel-protocols-of-the-elders.

“Is Wayfair Trafficking Children Via Overpriced Items?” n.d. Snopes.Com. Accessed January 13, 2021. https://www.snopes.com/fact-check/wayfair-trafficking-children/.

Jennings, Rebecca. 2020. “We’re in the Middle of Another Moral Panic. What Can We Learn from the Past?” Vox. September 25, 2020. https://www.vox.com/the-goods/2020/9/25/21453036/save-the-children-qanon-human-trafficking-satantic-panic.

“L’envers du décor.” n.d. L’envers du décor. Accessed January 13, 2021. https://www.lenversdudecor.org/.

Morin, Edgar. 1982. La rumeur d’Orléans. Ed. complétée avec La rumeur d’Amiens édition. Paris: Seuil.

Morton, Margaret. 1996. The Tunnel: The Underground Homeless of New York City. New Haven: Yale University Press.

Nicas, Jack. 2020. “He Pretended to Be Trump’s Family. Then Trump Fell for It.” The New York Times, December 8, 2020, sec. Technology. https://www.nytimes.com/2020/12/08/technology/trump-family-impersonator.html.

“Over 35,000 Malnourished, Caged Children Rescued Out of US Tunnels by Military | Crime All-Stars | Before It’s News.” 2020. April 9, 2020. https://beforeitsnews.com/crime-all-stars/2020/04/over-35000-malnourished-caged-children-rescued-out-of-us-tunnels-by-military-2479402.html.

“QAnon Idiots Very Concerned About Mole Children Now.” 2020. Wonkette. April 6, 2020. https://www.wonkette.com/qanon-idiots-very-concerned-about-mole-children-now.

“QAnon Moms: Parenting Influencers Embrace Sex-Trafficking Conspiracies – Rolling Stone.” n.d. Accessed January 13, 2021. https://www.rollingstone.com/culture/culture-features/qanon-mom-conspiracy-theory-parents-sex-trafficking-qamom-1048921/.

Reese, Andrea Star. 2015. Urban Cave by Andrea Star Reese.

Roose, Kevin. 2020a. “How ‘Save the Children’ Is Keeping QAnon Alive.” The New York Times, September 28, 2020, sec. Technology. https://www.nytimes.com/2020/09/28/technology/save-the-children-qanon.html.

———. 2020b. “What Is QAnon, the Viral Pro-Trump Conspiracy Theory?” The New York Times, October 19, 2020, sec. Technology. https://www.nytimes.com/article/what-is-qanon.html.

Safire, William. 1995. “ON LANGUAGE;Conspiracy Theory (Published 1995).” The New York Times, November 5, 1995, sec. Magazine. https://www.nytimes.com/1995/11/05/magazine/on-language-conspiracy-theory.html.

“The QAnon Conspiracy Theory: A Security Threat in the Making?” 2020. Combating Terrorism Center at West Point. July 31, 2020. https://ctc.usma.edu/the-qanon-conspiracy-theory-a-security-threat-in-the-making/.

Tierney, John. 1990. “In Tunnel, ‘Mole People’ Fight to Save Home (Published 1990).” The New York Times, June 13, 1990, sec. New York. https://www.nytimes.com/1990/06/13/nyregion/in-tunnel-mole-people-fight-to-save-home.html.

Toth, Jennifer. 1993. The Mole People: Life in the Tunnels Beneath New York City. Reissue édition. Chicago: A Cappella Books.

 

Une réponse sur « QAnon #2 : De la rumeur Wayfair aux Mole Children »

[…] Après avoir détaillé les extravagantes allégations de la galaxie QAnon au sujet des abus sexuels…, notre propos ici sera d’analyser comment les assertions extrêmes concernant l’exploitation sexuelle des enfants ont fortement mobilisé en 2020 des publics qui ont ensuite, par contiguïté en quelque sorte, adhéré à l’ensemble des thèses QAnon. […]

Laisser un commentaire