Neige artificielle : une théorie tombée du ciel ?

De la neige artificielle serait tombée sur nos contrées, d’après de nombreux médias complotistes. Certains s’interrogent, face aux images de boules de neige noircies par la flamme d’un briquet ; d’autres font le lien avec la théorie des chemtrails, et des expériences visant à modifier le climat.

Capture YouTube d’une vidéo française postée sur YouTube le 1e Mars 2018

Un phénomène normal ?

Une boule de neige noircie à la flamme d’un briquet ; l’expérience, reproduite et véhiculée par de nombreuses vidéos YouTube, a récemment fait le tour des réseaux sociaux en France. La théorie selon laquelle il tomberait de la “neige en plastique”, artificielle, circule depuis quelques années dans la complosphère française et américaine. Aux dires de ceux qui la communique, cette neige répandrait une odeur de plastique à la combustion, et ne dégagerait pas d’eau.

En réalité, notait le site américain de fact-checking Snopes en 2014, ces “expérimentateurs” auraient affaire à un phénomène normal. Quand une boule de neige fond, la neige restante absorbe l’eau. La trace noire qui apparaît à la surface de la neige est provoquée par la flamme du briquet. Le butane est un hydrocarbure, composé d’atomes de carbone (C) et d’hydrogène (H). En cas de combustion, il réagit avec l’oxygène de l’air (O2). La combustion complète d’un hydrocarbure produit uniquement de l’eau (H2O) et du dioxyde de carbone (CO2). En revanche, comme on peut l’observer quand on tente d’enflammer une cuillère, une combustion incomplète entraînera la reformation de longues chaînes de molécules de carbone. Elle donne leur couleur noire aux boules de neige de nos “expérimentateurs”, et sans doute aussi l’odeur de “plastique”.

Masquer la réalité du réchauffement climatique

Connue est la théorie complotiste des chemtrails*, ces épandages de produits chimiques qui viseraient, entre-autres, à contrôler les populations ou à modifier le climat. D’après certains complotistes, la neige serait indirectement polluée par ces produits, lestés par des avions civils et militaires. D’autres pensent au contraire que des ingénieurs du climat utilisent cette fausse neige pour refroidir localement l’atmosphère. D’après GeoEngineering Watch ce serait une tentative de masquer les effets du réchauffements climatiques et d’en détourner l’attention du public qui pousserait les gouvernements à multiplier ces chutes.

Météo et climat

Les théories complotistes traduisent souvent une appréhension face à un monde devenu complexe. Le phénomène de réchauffement climatique n’y échappe pas. Selon une confusion fréquente entre météorologie et climat, la persistance de vagues de froid laisse songeur. Et la coexistence de pics de chaleur en Arctique et de chutes de neige dans le Sud de la France, donne l’impression d’un monde sans dessus-dessous, où tout repère s’est effacé.  GeoEngineering Watch ne manque pas de citer de tels exemples.

“Sur des périodes de l’ordre de quelques jours, mois ou années, la variabilité des phénomènes atmosphériques est importante : les températures, précipitations et autres indicateurs météo peuvent connaître des hauts et des bas de manière marquée. Le climat change, lui aussi, mais sur des périodes beaucoup plus longues. Si longues, qu’elles sont habituellement imperceptibles à hauteur d’humain.” notent pourtant Les Décodeurs. L’existence de vagues de froid n’est pas remise en cause par le réchauffement, mais elles sont amenées à se faire plus rares. Quant à la douceur arctique, elle serait liée à la vague de froid que nous venons de connaître.

Face au défi, un paysage politique peu lisible

Tout aussi complexe est le rapport même du monde politique au changement climatique. Le Président Trump semble le remettre en cause. Il ironisait sur le froid extrême qui touchait son pays en décembre 2017 :

La réalité du réchauffement climatique fait consensus en France. Elle est l’objet de discours et symboles forts, comme la nomination de Nicolas Hulot au Ministère de la Transition écologique ou les paroles du Président Macron au One Planet Summit. Mais il y a toutefois dichotomie entre les paroles et les actes : le bilan du gouvernement reste très contrasté. Les reculades sur des mesures modestes mais néanmoins symboliques comme l’arrêt de l’exploitation des hydrocarbures sur le sol français pour 2040, rendent son action à la fois sous-proportionnée par rapport au défi annoncé, et peu lisible.

* Que sont les chemtrails ?

Les chemtrails sont, d’après les défenseurs de cette thèse, des épandages de produits chimiques dans l’atmosphère par l’intermédiaire d’avions civils et militaires. Les traînées de condensation des avions (contrails) qui zèbrent le ciel en seraient la trace. Contrôle des populations en semant des pesticides, expériences visant à modifier le climat ou attaques militaires … Les applications des chemtrails seraient nombreuses ; et masquées au grand public par les gouvernements et les médias.

Si l’Homme a déjà tenté de modifier la météo à des fins militaires lors de la guerre de Vietnam à la fin des années 60, l’ONU a légiféré en 1977 pour interdire les techniques de modification de l’environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles. Nos connaissances du climat sont, par ailleurs, limitées à l’heure actuelle ; et insuffisantes pour savoir comment influencer le climat à un endroit particulier sans affecter d’autres endroits, se nuire à soi-même ou à ses alliés. De telles expériences laisseraient des traces observables, et pourraient être à l’origine de fortes tensions géopolitiques.

Image à la Une : Snow Park Clad de Roland Tanglao (source : FlickR).